Vendredi, 19 Septembre 2014
Moteur de recherche World France
Bonne fête aux Emilie
Accueil L'histoire de la mine La bibliothéque du mineur La catastrophe de Courrières

La catastrophe de Courrières

La catastrophe de Courrières

Dominique Lampin

Il y a tout juste un siècle, la catastrophe de Courrières ravageait les puits de mine de Sallaumines, Méricourt et Billy-Montigny. Ce cataclysme de l’histoire minière a profondément marqué la mémoire collective locale, régionale et nationale par l’ampleur de son retentissement et fait encore couler beaucoup d’encre. L’auteur a souhaité rappeler cette tragédie en images et proposer une approche inédite. Cette magnifique rétrospective de plus de 200 documents iconographiques, fruit d’une collecte assidue de plus de trente ans sur la catastrophe et les grèves, rend hommage aux victimes et permet également de mettre une image sur les mots, sur l’horreur, la douleur, le désarroi de ce mois de mars 1906 et de ceux qui suivirent. ISBN 2-84910-302-0

 
L'arrêt du dernier puits de mine du Nord Pas-de-Calais, le 21 décembre 1990, à Oignies, au moment même où d'anciens mineurs creusaient le tunnel sous la Manche, a résonné, 270 ans après la découverte du gisement houiller dans le Valenciennois, comme un symbole de la mutation de toute une région. L'image des derniers mineurs du Nord Pas-de-Calais entourant la dernière gaillette de charbon remontée au jour a masqué, d'une certaine façon, la diversité exceptionnelle des activités conduites par les Houillères du Bassin du Nord et du Pas-de-Calais, l'ampleur des défis qu'elles ont relevés, tant à la Libération et dans les années cinquante, lorsqu'elles durent fournir les ressources énergétiques nécessaires à la reconstruction du pays puis à sa modernisation, qu'à partir de 1960, confrontées, comme elles le furent dès lors, à la nécessité de conduire en bon ordre la récession charbonnière en contribuant à ouvrir de nouvelles voies d'avenir pour leur personnel et la population de la région minière. Les qualités manifestées par les mineurs, courage, esprit de solidarité, savoir faire sont connues. Ces qualités, tous les hommes et les femmes du Bassin minier, dans des métiers, des situations très diverses, en ont fait preuve lorsqu'il leur a fallu s'adapter à des situations nouvelles, faire l'expérience de nécessaires conversions. Ce numéro spécial de Relais, c'est un hommage que nous leur rendons. Il rappellera à des centaines de milliers d'anciens mineurs, épouses ou fils de mineurs, l'exceptionnelle communauté d'esprit et d'énergie, dans le travail comme dans les activités de loisirs, qui les a unis et les unit encore. Il sera reçu comme un témoignage de ce que tant d'hommes ont apporté à la collectivité, leur peine, leur ténacité, parfois malheureusement leur vie. Il dévoilera à tous les autres lecteurs la richesse et l'étendue des métiers et des activités développées au sein des Houillères du Bassin du Nord et du Pas-de-Calais. Nombre de ces activités, au jour, n'ont d'ailleurs pas disparu. Les Houillères, avec Charbonnages de France et d'autres partenaires, ont fait en sorte qu'elles soient poursuivies avec profit et contribuent au renouveau régional.Les journaux de l'entreprise, de Mineurs en 1947 à Mineurs de France en 1991, en passant par Relais, délivraient, chaque mois, à des lecteurs aussi nombreux que ceux d'un grand magazine national, de multiples informations sur la vie du Bassin, accompagnaient leurs loisirs. Ces pages ne prétendent ni traduire, ni résumer ce qui composa l'existence de tant d'hommes et de femmes au cours de ces 45 années ; simplement en raviver la mémoire, en montrer la richesse, manifester peut-être leur légitime fierté.Ces pages permettront à de nombreux mineurs de se reconnaître, de reconnaître leurs lieux de travail, de vie, de vacances. Qu'elles permettent aussi de leur exprimer une pleine reconnaissance pour le travail accompli.
image
  • PROFESSION : MINEUR DE FOND

    PROFESSION : MINEUR DE FOND


    Italiens, polonais, français ou  marocains
    Dans les galeries, au fond, on prenait le même train.

    Noires les loques suspendues dans la salle des pendus
    Noire la nuit, vingt mineurs descendent dans la cage
    Noire la poussière qui colle à nos poumons fichus
    Noirs les dos des copains qui passaient au lavage.

    Noire la peau des mineurs, on était tous égaux
    Noire était notre gueule, noir était notre visage
    Piqueurs, porions, Gueules Noires revenant du boisage
    Aux bains-douches.....
    Lire la suite