1983 La conversion

Le déficit à la tonne extraite ne fait que s’accroître. Le 25 avril 1983, à Lille, François Mitterrand, Président de la République,…

Le déficit à la tonne extraite ne fait que s’accroître. Il atteint 207 F/tonne en 1981. Le 25 avril 1983, à Lille, François Mitterrand, Président de la République, met un terme aux vains espoirs quant à l’avenir de l’extraction dans le Nord-Pas-de-Calais. L’Etat ne pourra, dit-il, à la fois couvrir le déficit de l’extraction charbonnière dès lors qu’elle sera prolongée artificiellement et, dans le même temps, participer à la renaissance industrielle du Bassin minier. Un choix s’impose donc ajoute-t-il. Ce choix se concrétisa l’année suivante par la création du Fonds d’Industrialisation du Bassin minier et de la Financière du Nord-Pas-de-Calais FINORPA, tous deux dotés de 100 MF/an, pour contribuer à l’implantation ou à l’essor des entreprises, et ainsi à l’emploi dans la région minière.

Les Houillères comptaient encore 21 000 salariés début 1984. Un programme de fermeture échelonnée des derniers établissements liés à I’extraction est établi. Afin de mener cette dernière phase de la récession, sans heurt, de favoriser la mobilité et la conversion des membres du personnel, différentes mesures leur sont proposées, suivant leur situation et leurs capacités : conversion à EDF ou dans d’autres entreprises, transfert à I’intérieur du groupe Charbonnages de France, aide à la création d’entreprise ou aide au retour au pays pour le personnel d’origine marocaine. Ceux qui ont davantage d’ancienneté bénéficient de retraites anticipées.

En 1987, un véritable plan social est mis en œuvre dans les derniers sièges et usines. Après formation, des centaines de mineurs retrouvent un emploi, dans les métiers du bâtiment et des travaux publics par exemple. D’autre part, toutes les activités des Houillères ne sont pas pareillement condamnées. Les cokes de fonderie, les boulets, les schistes de terrils, les briques Surschiste ont un marché et représentent encore des activités rentables. Ainsi diverses adaptations sont engagées dès 1984 dans le but d’améliorer leur compétitivité et de pérenniser leur avenir.