1990 La fin de l’extraction

Le 21 décembre 1990, les mineurs de la fosse 9 à Oignies remontent la dernière gaillette…

Le 21 décembre 1990, les mineurs de la fosse 9 à Oignies remontent la dernière gaillette. La longue récession des mines du Nord Pas-de-Calais aura été assurée dans la paix sociale. Des solutions dignes ont été trouvées pour tous les mineurs. Plusieurs milliers d’entre eux travailleront dans des sociétés héritières des Houillères comme les Cokes de Drocourt, Agglonord, Tercharnor, Surschiste ou le GIE Méthamine, crée avec Gaz de France, pour valoriser le grisou extrait des terrains houillers.
En définitive, c’est un véritable groupe industriel qui, avec la Société holding Filianor, aura maintenu des emplois, tiré parti des ressources et des savoir-faire générés par les Houillères du bassin du Nord et du Pas-de-Calais.
Œuvre de longue haleine, la rénovation de l’habitat (le parc issu des Houillères comptait 83 000 logements en 1990) a métamorphosé de nombreuses cités parmi les 151 communes minières. Les centres ville, les espaces verts gagnés sur d’anciennes friches ont donné un nouveau visage à l’environnement. Le bassin du Nord Pas-de-Calais, allongé des collines de l’Artois à la frontière belge, aura été façonné par ses 270 ans d’histoire avec la mine. D’autres activités ont aujourd’hui pris le relais mais cette région, tournée vers l’avenir, a conservé pour les générations futures, la mémoire de cette grande épopée minière, dont les multiples aspects sont aujourd’hui rassemblés au Centre Historique Minier de Lewarde.