Inde : le charbon à tout prix

Alors que la COP21 se tient à Paris, tous les regards sont tournés vers les pays émergents, notamment vers l’Inde. Le pays est le quatrième pollueur mondial et ses émissions de CO2 par habitant devraient doubler d’ici 2030. New Delhi refuse pourtant de s’engager sur des contraintes chiffrées pour limiter ses émissions de CO2 et n’entend pas se priver du charbon, dont son sous-sol regorge. Avec 1,3 milliard d’habitants et une économie en pleine croissance, l’Inde doit faire face à l’un des plus grands défis énergétiques de la planète. D’un côté, le géant asiatique doit répondre à la demande de sa population en électricité – 300 millions d’Indiens n’y ont toujours pas accès -, mais de l’autre, il doit contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique, dont le pays est aussi l’une des premières victimes…. Le tout sans compromettre sa croissance. L’Inde illustre « le défi du développement dans un monde avec des contraintes climatiques », a ainsi déclaré Ajay Mathur, directeur du bureau de l’efficacité énergétique et membre de la délégation indienne à l’ouverture de la COP21, au Bourget, près de Paris.

Si New Delhi s’est engagé à développer un ambitieux programme d’énergie solaire, toute son industrie repose sur le charbon, seule énergie fossile présente en grande quantité sur son territoire. Pour ce géant démographique en pleine croissance, le charbon est aussi l’énergie la moins chère, bien que polluante. Des campagnes indiennes au ministère de l’Environnement, nos reporters sont allés à la rencontre de ceux qui vivent au plus près du diamant noir.