« Jour de quinzaine »

C’est « paie », chez nous, les 9 et 24 de chaque mois, ou les jours ouvrables les plus proches si ces dates sont chômées.

Tôt le matin, les mineurs ou leurs épouses ou leurs filles, si les hommes ne sont pas libres se dirigent vers le bureau du payeur. C’est presque fête pour ce jour de quinzaine !

Pensez donc ! la paie va récompenser (pas cependant à sa juste valeur !) le labeur ingrat de ceux qui, huit heures durant, peinent à plusieurs centaines de mètres de profondeur, à la merci des innombrables dangers qui entraînent parfois de terribles catastrophes : celle du 10 mars 1906 fit périr plus de 1.200 mineurs, victimes du grisou.

Le dîner, ce jour-là  le dîner, chez nous, est le repas de midi, celui du soir étant le souper comporte un menu très sommaire, beefsteack-frites le plus souvent. Il faut, en hâte, faire sa toilette pour se rendre, l’après-midi, au marché de « quinzaine ».

Ecole  Marthe  Mollet,

Billy-Montigny   (Pas-de-Calais),  

classe   de   fin   d’études.